Augmentez le temps de lecture de vos articles avec les mots de liaison et les « graines de curiosité ». C’est bon pour le SEO !

Comment faire en sorte que les internautes lisent votre article  jusqu’au bout ?

En rédigeant un contenu pertinent avec une mise en forme adaptée (tel qu’expliqué dans mon guide de la rédaction web) ?

C’est un bon début, mais il est toujours possible de faire mieux.

Nous allons voir dans cet article comment améliorer la fluidité d’un texte et conserver l’attention du lecteur à l’aide de transitions et connecteurs logiques ( = mots de liaisons, mots de transitions), mais aussi de transitions pour maintenir un niveau d’attention élevé et éviter que le lecteur ne décroche, qui sont des techniques empruntées aux copywriters.

Enfin, j’évoquerai l’impact de leur emploi sur le classement dans les résultats des moteurs de recherche.

 

1. Transitions logiques : les mots de liaison

Avant de vous donner une liste de mots de liaisons, quelques explications :

Les mots de liaison sont des mots ou groupes de mots qui aident le lecteur à comprendre le lien logique (cause, conséquence, opposition, etc.) qui relie des propositions, des phrases ou des paragraphes, c’est pourquoi on les appelle parfois connecteurs logiques. Je me limite ici au cadre de la rédaction web où il s’agit d’être compris ; on peut les utiliser – ou les éviter – pour des raisons purement stylistiques.

L’exemple suivant suffira à faire comprendre leur intérêt :

« Chacun s’agite. Il fait froid »

Ce n’est pas très explicite. Doit-on comprendre « malgré le froid, chacun s’agite » ou plutôt  « à cause du froid, chacun s’agite » ?

Patineurs en hiver
Il fait froid. Chacun s’agite.

Si l’on part du principe que le lecteur possède la même forme d’esprit et les mêmes références que nous, il est tentant de juxtaposer simplement les propositions et les phrases et de réduire les mots de transition au minimum. Or, les lecteurs ne sont pas à notre image  et ne pas en tenir compte est une faute professionnelle. Il faut donc se mettre au niveau du lecteur cible et l’aider à suivre notre raisonnement en employant suffisamment de mots de liaisons.

// Note : le fait de juxtaposer les proposition sans lien logique explicite est appelé parataxe (ex. : « je pense, je suis ». L’inverse (emploi de mots de liaisons) est appelé hypotaxe (ex : « je pense, donc je suis »). Vous pourrez trouver ailleurs des définitions différentes de ces deux termes, je m’en tiens à celles-ci. Le style hypotaxique (avec mots de liaison) est fréquent dans les textes philosophiques, scientifiques, et dans les articles de presse. Le style parataxique (sans mots de liaison) est celui de la langue parlée… mais abonde aussi dans les textes littéraires. Les curieux pourront aller farfouiller dans des livres grammaire, de linguistique ou de rhétorique. En ce qui concerne la rédaction web, il n’est pas utile de trop entrer dans les détails, d’autant plus que les spécialistes ne sont pas d’accord entre eux.

Assez de théorie, passons à la pratique.

Vous trouverez ci-dessous, quelques exemples de mots de liaison. Les mots de transition retenus sont de natures diverses ; il s’agit d’un aide-mémoire pour le rédacteur, pas d’un exposé grammatical.

Liste de mots de liaisons

But : pour, afin de, à cette fin, à cet effet, dans le but de, de façon à, dans l’espoir de
Cause : car, en raison de, à cause de, parce que, grâce à, puisque, comme, attendu que, étant donné que, vu que, attendu
Conséquence : donc, de sorte que, de manière que, par conséquent, c’est pourquoi, en conséquence de quoi, pour cette raison
Comparaison/Renforcement : comme, de même que, ainsi que, de la même façon, de la même manière, d’autant que, d’autant plus que, d’autant moins que, outre que, non moins que, tout aussi, au surplus
Concession/Opposition : or, bien que, alors que, cependant, mais, pourtant, malgré, plutôt que, encore que, du reste, même si, quoique, néanmoins, par contre, en revanche, au contraire, si loin que, si tant est que, supposé que, il n’en demeure pas moins que
Condition/Supposition : si, au cas où, à condition que, pourvu que, si tant est que, dans la mesure où, à supposer que
Exemple / Renforcement : par exemple, en particulier, à titre d’exemple, pour illustrer mon propos, notamment, en parlant de, à ce sujet, à cet égard, concernant, d’ailleurs, du reste, en effet
Conclusion/Résumé : en conclusion, enfin, finalement, donc , ainsi, c’est pourquoi, pour résumer, en un mot
Connexion : à ce propos, à ce sujet, pour ce qui est de, en ce qui concerne

Il y en a beaucoup d’autres. je n’ai pas tenté d’être exhaustif. Le but de cet article est de vous rappeler leur importance.

Pour s’approprier ces mots de liaisons, je ne vois pas d’autres solutions que la lecture d’œuvres rédigées pendant la période classique de la langue française (entre 1750 et 1950).

Et maintenant…

… la partie la plus croustillante de l’article :

2. Les transitions utilisées pour capter l’attention

Couverture du livre de joseph sugarman, the the adweek copywriting handbookLe copywriter Joseph Sugarman les appelle « seeds of curiosity », c’est-à-dire « graines de curiosité » (voir le chapitre 10 de son livre The Adweek copywriting handbook).

Je n’ai pas réussi à déterminer quand s’est opéré le changement de vocable, mais désormais ces éléments de transition sont connus sous le terme de « bucket brigade », qui désigne à l’origine une chaîne humaine tentant d’éteindre un incendie à l’aide de seaux d’eau. Je trouve que l’expression d’origine est plus parlante en français.

Que sont les graines de curiosité ?

Laissez moi vous expliquer…

Je viens juste de vous donner un exemple de « graine de curiosité », mais si vous êtes attentif, vous en avez repéré quelques-unes déposées intentionnellement dans cet article, à titre d’illustration, bien entendu.

Les « graines de curiosité » sont des transitions déposées par le rédacteur pour inciter le lecteur à poursuivre sa lecture à des moments où le niveau d’attention de celui-ci risque de décliner.

Sugarman explique dans son livre que ces transitions sont utilisées fréquemment à la télévision avant une publicité, pour éviter que le spectateur ne change de chaîne. C’est le fameux « stay tuned ».

Sur internet, on les retrouve principalement dans les textes promotionnels rédigés par les copywriters dans les emails et sur les pages de destination (landing pages).

Liste de « graine de curiosité » / «Bucket brigades » en français

Je me suis inspiré d’articles en anglais pour cette section ; vous trouverez les références à la fin de celle-ci. J’ai traduit et/ou adapté certaines expressions lorsque c’était possible et en ai ajouté un certain nombre issues de ma mémoire ou de mon imagination. Si les catégories que j’ai utilisées ne vous satisfont pas, vous pouvez bien entendu créer les vôtres.

Ce ne sont que quelques exemples, à) vous d’en créer d’autres :

Transitions pour créer une impression de proximité voire d’empathie :
• Laissez-moi deviner…
• Je sais ce que vous pensez…
• Vous avez mille fois raison !

Transitions pour amener un élément important :
• Voici où je veux en venir…
• Bonne nouvelle :
• Attention :

Transitions pour apporter une clarification :
• Laissez-moi vous expliquer…
• Je vais vous expliquer…
• Ça n’est pas si compliqué…

Transitions pour faire patienter le lecteur :
• Attendez, ce n’est pas tout…
• Attendez la suite…
• Je n’ai pas fini…

Transitions pour faire réfléchir le lecteur :
• Réfléchissez…
• Prenez le temps de réfléchir à ce que vous venez de lire…
• Vous voyez où je veux en venir ?

Transitions pour aider le lecteur à se souvenir de ce qu’il a lu :
• Comme je l’ai dit précédemment,
• Un peu plus haut, je vous ai dit que_
• Rappelez-vous que_

On peut aussi les utiliser au début de l’article. Ils assurent alors la transition avec… le titre :
Graines de curiosité à utiliser en tête du texte
• Imaginez un instant…
• Voulez-vous en savoir plus sur_ ?
• Vous êtes-vous jamais demandés pourquoi _?

Pour être tout à fait honnête avec vous… 😉

… je trouve que ces « graines » sonnent mieux en anglais. Peut-être n’y sommes-nous nous pas suffisamment habitués ?

// Note : pour information, voici des liens vers des listes de Bucket brigades en anglais :
https://theprofitablecopywriter.wordpress.com/tag/bucket-brigade/
http://websitecopywritingservices.com/blog/bucket-brigade-copywriting/
http://www.rankgenius.com/blog/copywriting/using-bucket-brigades-keep-visitors-reading-part-1/

Et maintenant…

La question à laquelle je n’ai pas encore vraiment répondu :

3. Intérêt des mots de liaison ou mots de transition pour le SEO et impact du temps de lecture.

À mon avis, le bon emploi des mots de liaison n’a qu’un effet indirect sur le positionnement d’un article dans les résultats de recherche.

Google est en effet infichu de calculer la qualité de l’enchaînement des propositions, phrases et paragraphes. Par conséquent, s’il doit y avoir un impact, celui-ci n’est dû qu’aux conséquences du comportement du lecteur de l’article.

Jeune fille lisant, Fragonard
Quel est l’impact de son temps de lecture sur le SEO ?

Si votre texte est agréable à lire – même s’il est complexe – parce que les mots de liaisons sont utilisés à bon escient, le lecteur appréciera votre article et le partagera. Il est même possible qu’il le lise en entier, surtout si vous avez utilisé des éléments de transition.

Les mots de liaison logiques et ceux qui captent l’attention contribuent à augmenter la durée de lecture de vos articles. Or, la durée effective de lecture d’un article fait partie des nombreux paramètres qui entrent dans le calcul de la pertinence de cet article par rapport aux requêtes saisies par les internautes dans les moteurs de recherche. Donc : plus les internautes passeront de temps sur votre article, plus celui-ci remontera dans les résultats de recherche [Astuce : c’est pour cela que les petits malins insèrent des vidéos dans leurs articles].

// Note :  l’importance des mots de liaison en référencement ou SEO (optimisation vis-à-vis des moteurs de recherche) a été mise en avant par Yoast SEO , une extension pour WordPress très populaire pour améliorer l’optimisation des articles. Le calcul du nombre de mots de liaisons par paragraphe fait en effet partie de l’algorithme de lisibilité de Yoast.
L’équivalent anglais de « mots de liaison » est «transition words », qui a été traduit par « mot ou phrase de transition » dans Yoast. C’est sans doute pourquoi on rencontre de plus en plus souvent l’expression « mots de transition ». Ci-dessous, une copie d’écran d’un extrait du rapport de Yoast sur la lisibilité :

yoast mots de transition

Il est l’heure de nous quitter. Je vous remercie d’avoir lu cet article jusqu’au bout.

Vous aurez noté que je n’abuse pas (litote) des mots de liaisons et encore moins des « buckets brigade », ou alors de manière ironique, à titre d’illustration. Il n’est pas si facile que cela de modifier sa manière d’écrire, même quand on pense qu’on devrait sans doute le faire.

Articles similaires :

Une pensée sur “Augmentez le temps de lecture de vos articles avec les mots de liaison et les « graines de curiosité ». C’est bon pour le SEO !”

  1. Bonjour,

    Merci de nous faire partager tous ces mots qui ont pour but de fluidifier la lecture et rendre le travail intéressant en suscitant la curiosité et la réflexion de lecteurs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *